Décryptage : « Les DIY sont-ils des remèdes anti-crise ? »

Ou l’analyse d’un phénomène à l’ampleur grandissante sur la blogosphère…

DIY anti-crise

Tout est parti d’un discussion avec des amies blogueuses mariage :

 » Une chaîne de TV française recherche des mariées pouvant témoigner d’un mariage DIY, ou comment faire face à la crise à moindre frais ».

« Encore un sujet sur la crise, elle a bon dos quand même ! »

 

C’est à ce moment là que je  me suis rendue compte de l’impact du Do It Yourself dans les médias et de cette association toute faite : « Faire-soi-même = lutter contre la crise ».

Aujourd’hui, je me suis dit qu’il serait intéressant d’aborder cette question, et plus largement, redéfinir ce mouvement « à la mode ».

 

Qu’est-ce que les DIY ? Qu’apportent-ils de plus dans notre quotidien ?

Et pourquoi, moi aussi, plus modestement, je contribue à ce mouvement sur mon blog ?

 

Tout d’abord, pour celles qui ne le savent pas, DIY est l’abréviation de Do It Yourself en anglais, ou « fais le toi-même ».

Je note : pour celles qui ne le savent pas, car on m’a souvent demandé :   »mais au fait comment ça s’écrit au juste ? » et je me suis rendue compte que le mot n’était pas celui que l’on tapait spontanément lors d’une recherche Google, certaines préférant « tuto » tout simplement.

Car oui, les DIY que je propose ici s’apparentent à nos anciens « tutoriels » créatifs, sorte de pas-à-pas te montrant comment reproduire certaines créations chez toi, facilement.

 

Il y a 15 ans, Nike parlait déja de « Just Do It » et proposait des customisation de chaussures.

Il s’agissait de créer des objets personnalisés, en petite quantité, pour répondre au besoins d’une personne en particulier.

Le DIY s’oppose alors à la production en masse, et propose au consommateur de devenir un acteur. Son objet devient unique, personnalisé, à son image.

Dernièrement, Coca Cola proposait de décliner ses bouteilles avec nos prénoms, reprenant indirectement le concept de nos bons vieux bols à prénoms dans les circuits touristiques de Bretagne.

Les marques l’ont bien compris : le personnalisé fait vendre.

Ikéa, en proposant des meubles à « monter soi-même », est aussi un précurseur de la tendance.

Si je remonte aussi loin, c’est pour essayer de te démontrer que non, ce phénomène n’est pas seulement une réaction face à la crise.

La preuve, il émergeait déjà il y a 15 ans.

 

Aujourd’hui, on trouve sur les blogs, mais aussi dans les magazines, de nombreux DIY, pas seulement créatifs : beauté, mode, lifestyle, mariage, il se décline sous de nombreuses formes.

A chaque fois, il prône un concept fort : « N’achetez pas ! Faites vous-même ! ».

Autour de cela, il existe une valeur essentielle pour moi : LE PLAISIR.

Car oui, « Faire soi-même » rend heureux, ou du moins provoque une certaine satisfaction.

C’est d’ailleurs ce que je propose ici : « les DIY de la bonne humeur ! »

 

cochons fimo


Une étude a été menée auprès des Français, un article du Monde.fr en parle : les DIY remontent le moral à 93 % des français.

« Regarde, c’est moi qui l’ai fait ! » est une expression qui procure à toutes un petit moment d’euphorie, à la recherche du regard de l’autre et de son admiration.

Cet engouement pour les loisirs créatifs est grandissant, mais ne date pas pour pour moi de la crise.

Ok, les Français ont un peu le moral en baisse avec la conjoncture, et ont besoin de s’évader, mais ce n’est pas que ça.

 

Ma grand-mère organisait il y a 25 ans des « ateliers manuels » .

Il s’agissait d’apprendre les bases du cartonnage, de la couture, et de se dégourdir les doigts pendant une après-midi, en transmettant des savoirs-faire.

Nous avons tous envie de nous retrouver en pratiquant des activités manuelles et en exerçant notre propre créativité.

Et ce plaisir n’est pas nouveau.

Parlons en, tiens, de la crise. Notre pouvoir d’achat a baissé, et nous essayons de faire face à l’aide de système D ?

Entre-nous, les DIY aussi coûtent cher. En matériel, en temps passé pour obtenir un bon résultat.

A nous seuls, nous ne pouvons concurrencer la production de masse.

Je pense par exemple à la couture : Combien va me coûter la fermeture éclair, le tissus, le biais, le petit bouton ?

Comparé aux géants du textile, nous ne faisons pas le poids.

A moins d’avoir une grande collection de matériel à la maison, et pratiquer en quelque sorte « du recyclage », ce DIY petite robe ne te fera pas gagner de l’argent, au contraire ! A défaut, il te procurera de la satisfaction d’avoir un objet unique, fait de tes mains.

De même pour une future mariée, je ne compte moi-même pas l’argent dépensé pour la confection de ma décoration de mariage « home-made », et les heures passées à confectionner ces portes-noms pour 150 invités.

Je n’ai pas fait tout ça pour économiser, ou parce que les décorations du commerce ne m’étaient pas accessibles mais plutôt pour mon propre plaisir et parce que oui, « c’est la mode ».

 

Les DIY, c’est tendance.

En commençant mon immersion comme lectrice dans le monde des blogs , il y a plus de trois ans, j’ai d’abord découvert les blogs cuisine.

Je suivais les blogueuses, non pas parce qu’elle étaient connues du grand public, mais parce qu’elles proposaient une cuisine plus proche des lectrices, du moment et de nos envies.

A cette époque, les blogs créas ne me passionnaient pas beaucoup, ou seulement celles de mes créatrices préférées, en admiration devant la qualité de leur travail.

Puis, en organisant mon mariage, j’ai découvert les blogs américains, où le Do It Yourself a acquis bien avant nous ses lettres de noblesses, au point où si tu ne fais pas de « mariage DIY », tu n’es pas du tout tendance.

Là aussi, je dis  : « Non, ce n’est pas parce que tu n’as rien fait toi-même que ton mariage ne sera pas réussi », et « ce n’est pas parce que tu ne sais pas tenir un crayon que tu n’as pas un bon goût pour la déco ».

Aujourd’hui, je ne suis pas la seule à faire des DIY, de nombreux blogs et créatrices en proposent, et je dois te dire que oui, j’ai suivi la tendance.

Parce que ça marche et parce que toi, lectrice, tu en redemandes !

Je regarde toujours les blogs de cuisine, mais ce n’est pas pour ça que je réalise les recettes, ni que je suis devenue meilleure cuisinière.

Ce qui me plaît, c’est la qualité de photos, les idées.

D’ailleurs, il serait intéressant de savoir combien de lectrices de ce blog ont tenté de réaliser un de mes DIY, deux, trois, plus ?

J’essaie d’avoir la même approche dans mes tutoriels, comme une recette de cuisine avec de jolies photos qui mettent l’eau à la bouche.

Aujourd’hui, j’ai l’impression que les blogs DIY sont en véritable explosion, et j’espère qu’ils auront autant de succès que l’ont aujourd’hui les blogs de cuisine.

Pour moi, ce qui me plaît ici, c’est de vous transmettre à toutes quelque chose, une envie, une idée, ou juste un peu de bonne humeur.

J’ai souvent peur de décevoir, en proposant des techniques un peu hasardeuses, ou en contrariant les véritables professionnels.

Je ne suis pas graphiste de métier, ni couturière… Je teste, je me documente, je bidouille.

Je ne proposerais jamais sur ce site des DIY architecture, ou aménagement d’espace, car c’est mon métier, et qu’il est trop complexe pour être facilement accessible.

Et oui, le DIY a ses limites, celles des compétences professionnelles.

Je n’irais pas toucher demain à ma plomberie, sous prétexte que c’est la mode du Do It Yourself, que c’est la crise, et que j’ai besoin de faire des économies. Comme je ne tenterais pas l’auto-médication via un forum par exemple.

cochons fimo

En conclusion, je dirais que oui, les DIY peuvent être un remède anti-crise (et mes cochons-tirelire te le prouvent), mais pas seulement.

C’est un phénomène de mode, rendu accessible par internet et les blogs, avec une forte influence américaine, qui répond à un besoin :

Celui de créer, de s’évader de notre quotidien, d’apprendre.

Il permet à chacun de se démarquer de l’autre, de refuser l’uniformisation, en donnant des astuces pour personnaliser, customiser, rendre unique.

Voilà un article avec un ton un peu différent de celui employé habituellement, mais autour d’un sujet qui me semblait intéressant à développer ici.

Je t’invite à me donner ton avis sur la question en commentaires bien sûr !

La semaine prochaine, nous retournerons à nos cochons, euh… moutons pardon, pour de nouveaux DIY.

Alors pour être au courant en avant première, c’est par ici : Hellocoton, Facebook, Pinterest, Twitter.

Psssiit ? Tu aimes ce blog ? Un petit vote pour qu’il soit élu blog créatif 2013 ici, enfin juste si tu en as envie :) Merci !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Je partage la bonne humeur sur : Facebook | Hellocoton | Twitter | Pinterest | Google + J'aime cet article5

43 Commentaires

  • Répondre octobre 3, 2013

    Kafouillis

    Un décryptage très fin, bravo pour l’initiative et complètement d’accord avec toi sur le fait que le « faire soi-même » ne permet pas forcément de faire des économies mais procure l’incroyable fierté d’avoir réalisé, de ses mimines, un objet de A à Z !

    • Répondre octobre 3, 2013

      Madame Citron

      Merci Karine ! Oui, c’est cette  » incroyable fierté », je vois ce que tu veux dire :)

  • Répondre octobre 3, 2013

    chapman

    je suis tout a fait d accord- le DIY est bon pour le moral – pas toujours aussi bon pour notre porte-monnaie :) la notion de plaisir et de partage y est fort – et oui nous n avons rien invente en tout cas merci pour cet article qui valait la peine d etre ecrit car OUI LA CRISE ELLE A BON DOS !

  • Répondre octobre 3, 2013

    Lilie

    Très bel article que tu nous livre ici. J’aime beaucoup ton approche et la partage totalement. Personnellement je pense que j’ai dépense souvent plus lorsque je fais du « home made » mais j’ai tellement plus de satisfaction au final que je recommence !

    • Répondre octobre 3, 2013

      Madame Citron

      Ah merci, j’oubliais l’effet addictif également. Ça fait du bien au moral, et on en redemande !

  • Répondre octobre 3, 2013

    poulettemagique

    Je suis d’accord il y a la notion de plaisir et de partage que ce soit avec ton ou tes enfants, à travers le blog etc…
    Moi j’aime aussi faire des DIY pas par économie forcément mais juste pour m’occuper les mains et c’est comme ça depuis toute petite je bricole tout le temps ;) Merci pour ton article il est vraiment bien fait et agréable à lire <3

    • Répondre octobre 3, 2013

      Madame Citron

      Merci pour ton avis, j’ai en effet passé très vite sur la notion de partage, surtout avec l’enfant. :)
      (PS : Fan de ton site ! <3)

  • Répondre octobre 3, 2013

    Coccinette

    Le DIY procure la satisfaction d’avoir réalisé un objet soi-même, c’est donc bon pour le moral, mais pas pour le porte-monnaie, car le matériel coûte en général très cher. C’est une passion comme une autre, et toute passion à un prix. Donc le DIY n’est pas un moyen de faire face à la crise, sauf si tous les objets sont réalisés à partir de matériaux recyclés.

  • Répondre octobre 3, 2013

    decocrush

    Très bel article ! Perso je suis une adepte du DIY car j’aime me dire que « c’est moi qui l’ai fait » lol même si parfois cela me revient un peu cher ! Mais c’est tellement plaisant !

    • Répondre octobre 3, 2013

      Madame Citron

      Merci ! Oui, je pense que cette phrase « c’est moi qui l’ai fait », illustre très bien le sujet. :)

  • Répondre octobre 3, 2013

    Aziliz

    Tout à fait d’accord avec vous. Le seul lien que je ferais entre le DIY et la crise, c’est que quand ça devient tendu au boulot (licenciements & co) on a bien besoin d’un peu de DIY pour s’évader!

    • Répondre octobre 3, 2013

      Madame Citron

      C’est joliment tourné… Le DIY source d’évasion, afin de penser à autre chose, et se sortir de nos problèmes quotidiens ! Merci !

  • Répondre octobre 3, 2013

    emilie

    en réaction à un mode de consommation qui ne nous plait plus, d’accord, mais comme toi je trouve que faire soi même coute aussi cher, voir plus parfois, alors je ne sais pas si c’est vraiment une solution/ alternative à la crise de ce point de vue.

    Par contre impossible pour moi de ne pas faire quelque chose de créatif, c’est devenu un second souffle :)

    • Répondre octobre 3, 2013

      Madame Citron

      Comme tu le dis, ce n’est pas une solution à la crise, mais finalement, on en a besoin :) Merci pour ton commentaire !

  • Répondre octobre 3, 2013

    Marie M.

    Ouiiiiiiiiiiiiiiiiii ! le DIY ça fait plaisir, ça fait du bien, et les blogs… ça donne des idées !!! youpi ! (et merci ;) ! )

  • Répondre octobre 3, 2013

    Isac

    Le DIY, je le pratiquais bien longtemps avant l’arrivée d’internet dans mon foyer ! J’achetais des magazines pour trouver de nouvelles idées à mettre en pratique. Le matériel et les matériaux étaient basiques. Je ne le faisais pas par économie, mais pour occuper mes 10 doigts et ma tête !
    Aujourd’hui, j’adore lire et suivre sur internet les blogs créatifs (le vôtre !) car cela démultiplie les propositions. Mais, vous l’avez dit, cela coûte assez cher… Il faut dire que l’offre commerciale s’est beaucoup agrandie ! Il faut savoir rester raisonnable et se dire que la dernière machine à la mode pour découper du papier n’est pas indispensable pour du loisir familial (si on veut vendre, peut-être que oui…).
    Crise ou pas, je continuerai à bricoler car cela me détend énormément !

    • Répondre octobre 3, 2013

      Madame Citron

      Merci à tous et à toutes pour vos commentaires ! Ils sont tous très intéressants et apportent vraiment un plus au débat !
      On vous a déjà dit que vous étiez des super lecteurs/acteurs ? :)

  • Répondre octobre 3, 2013

    Florence

    Tout à fait d’accord avec toi, ce n’est pas un remède anti-crise …. juste du plaisir, de l’échange, de la fierté mais sans orgueil de se dire « c’est moi qui l’ai fait »

    merci pour ce blog en tout cas

  • Répondre octobre 4, 2013

    dRine

    Très juste, très bon article. Le « C’est moi qui l’ai fait » avec de la fierté plein les yeux, je ne m’en lasse pas, personnellement. C’est mon petit moment de victoire personnelle !

  • Répondre octobre 4, 2013

    Sophie

    Bravo pour cette analyse finement menée ! tout est très bien argumenté, chapeau, bien sûr que le fais maison peut revenir plus cher, mais il apporte aussi autre chose ;)

    et le Fais-le toi même… c’était tout de même la règle universelle il y a plus de 50 ans (du moins à la campagne) pour la plupart des choses (se nourrir, s’habiller, se meubler…)

  • Répondre octobre 4, 2013

    OUIOUIOUI studio

    Je suis tout à fait d’accord! Toutes ces petites choses que l’on prend plaisir à faire soi-même nous procurent une telle satisfaction!!! ^_^ On crée de nos dix doigts… et quel plaisir!!! Je ne pourrais pas m’en passer. C’est vrai qu’un objet fabriqué revient souvent plus cher qu’acheté « tout fait » dans le commerce. Au début, je me disais même que je n’arrivais pas à gérer mon budget ou que je choisissais des matériaux trop onéreux… mais ça vaut le coup rien que pour cette petite autosatisfaction intérieure que l’on a une fois l’objet terminé ;) Merci pour cet article. Marlène

  • Répondre octobre 4, 2013

    Ma'

    Je me régalais il y a une vingtaine d’années des DIY de Biba, qui avaient ensuite disparu et sont revenus dans les pages du magazine il y a 2 ou 3 ans… Effet de mode…
    Comme toute mode, elle est sans doute un peu cyclique, mais finalement, ce que je vois aujourd’hui c’est que le champ d’application du DIY s’est considérablement élargi et s’est affranchi surtout de certaines barrières de « genre ». Si autrefois les femmes s’occupaient généralement des travaux d’aiguille (encore que je connaisse des exceptions dans ma famille), les hommes bricolaient : meubles, jouets, beaucoup de choses sont sorties de leurs « ateliers » !
    Le plus gros changement est sans doute la mise en scène de ces DIY avec une approche liée au plaisir, plaisir qui est autant dans la réalisation que dans le réalisé. Nous ne sommes plus obligés de faire nous-même et c’est parce que nous le faisons quand même que nous en retirons de la fierté.

  • Répondre octobre 4, 2013

    Sakartonn

    Passionnée de loisirs créatifs, je suis les blogs sur le sujet depuis 2005… A l’époque, c’était des tutos qui étaient proposés, et les blogs français n’étaient pas nombreux… J’allais beaucoup voir ce que faisaient les américaines. Les françaises se sont bien rattrapées depuis.
    J’ai créé un atelier bricolage, loisirs créatifs pour les enfants, qui fonctionne super bien. La nouvelle génération adore et leurs parents n’ont pas le temps.. La relève arrive!

  • Tout à fait d’accord avec toi, c’est vraiment le plaisir de créer qui prédomine, après peut-être que la baisse du pouvoir d’achat à accentuée le phénomène. Perso j’ai toujours fait des choses par moi-même, par besoin mais aussi parce que j’aime la récup.

  • Répondre octobre 4, 2013

    anne

    j’en suis certaine,meme si dans certaines catégories(tricot par exemple),le remède n’est pas forcément bon pour le porte monnaie,il est bon pour le moral,la santé(donc),en tout cas j’aime!!-)

  • Répondre octobre 4, 2013

    Maud

    Très sympa ton article !
    Le DIY c’est vrai que ça procure un réel plaisir du « cmoiquiilaifait » !
    Un bon remède  » anti crise de nerf  » oui !
    J’adore tes DIY, même si en effet je n’en ai réalisé qu’un seul pour le moment. Les photos et mises en scènes que tu prends soins de faire sont particulièrement réussies !! Et c’est ce qui me plait avant tout !
    Je suis impressionnée par ton imagination et je me demande où tu puises toutes tes idées !
    Bravo ! On en veut encore !

  • Répondre octobre 4, 2013

    ellen

    Un article intéressant et très juste sur le fond. Il est vrai que le FLTM (Fais-Le Toi-Même, oui ça sonne toujours moins en français mais nous sommes tellement envahis par les anglicismes) est devenu une tendance mais qu’il a finalement toujours existé sous des dénominations différentes. Lorsque j’étais adolescente j’ajoutais des faux-cols à mes hauts, je changeais les boutons de mes chemisiers ou les lacets de mes chaussures, mais je n’appelais pas encore ça de la customisation.
    Le FLTM est effectivement un moyen de s’évader, c’est un petit moment sans contrainte que l’on s’accorde. On peut commencer un ouvrage, le laisser, puis y revenir. Il n’y a pas de pression, on peut rater et recommencer.
    Je suis d’accord avec toi lorsque tu dis que ce n’est pas forcément pour réaliser des économies, parfois on se fait simplement plaisir, d’autres fois on économise. On se fait le collier de la petite boutique qu’on adore mais qu’on ne peut pas s’offrir !
    Bref, un article concis mais qui va à l’essentiel. Le DIY nous fait du bien et fait du bien aux autres, une bonne thérapie à l’heure actuelle et sans incidence !

  • Répondre octobre 5, 2013

    Florence

    Coucou, pour répondre à certaines de tes questions: non je n’ai encore jamais réalisé quelque chose de tes tutos, mais oui c’est sur je vais en faire quelques uns très prochainement. Pour l’instant j’engrange (c’est le cas de le dire) le matériel au gré des promo du moment. Pour moi le DIY c assez partout dans tous les domaines (sauf les vêtements…), c’est un moyen d’accéder à mes envies de manière précise, tout en partageant et/ou m’éclatant, mais aussi en économisant. Exemple: je veux des badges pour mon mariage, et bien oui je me suis acheté la badgeuse, je ferai moi même un truc hyper personnalisé et je les ferai avec mes filles qui vont adorer le faire! et à la fin, je revends la badgeuse, cout total pour 100 invités= 30 euros, si je les fais faire: 100 euros minimum!
    Et petite suggestion: quand est-ce que tu organises des après midi comme le faisait ta grand-mère? Prem’sssss à m’inscrire :))

  • Répondre octobre 6, 2013

    vert cerise

    Très chouette article et tout à fait d’accord avec toi :)
    Pour moi, c’est la possibilité d’apprendre et surtout de garder cette soif d’apprendre de nouvelles choses et de rester curieuse de tout qui me motive avant tout ^^
    Et même si la satisfaction de faire des choses soi-même reste aussi un moteur évident (c’est indéniable), je pense que le partage joue également un rôle essentiel.

  • [...] coups de coeur ! Je vous invite à lire l’article très complet et très intéressant de Mme Citron à propos du succès grandissant des DIY et son rapport avec la [...]

  • je pense que DIY a toujours existait: ma grand -mère me cousait et tricotait des vêtements, mon père a toujours fait de rénovations des apparts tout seul, mon grand-père reliait des livres de notre bibliothèque, ma mère customisait des albums photos avec ses dessins…
    Il y a juste des familles plus manuelles que les autres.
    Par contre les médias en cherchant les méthodes anti-crise se sont dit qu’il faut parler du fait main plus :) mais je suis d’accord avec toi que souvent ça coute beaucoup plus cher que d’acheter une chose toute faite.
    De DIY je retiens vraiment une partie plaisir et détente.

  • Répondre octobre 14, 2013

    sylvie

    très sympa ton article sur les DIY , au départ j’ai mis du temps à comprendre le mot DIY et pourtant je parle anglais (enfin je me débrouille) j’en fais du matin au soir et c’est vraiment très bon pour le moral et pour les mamans au foyer ! bravo pour ton article et pour ton joli blog !

  • Répondre octobre 15, 2013

    Myriam Creacoton

    Je suis bien d’accord avec toi : le DIY c’est bon pour le moral (et ça devient addictif ;-) ).

  • [...] ne se perd tout se transforme » Publié le 16 octobre 2013 Récemment sur son blog Madame Citron interrogeait dans un brillant article les rapports qu’il existe entre cette tendance des DIY [...]

  • [...] lu récemment 2 articles ici et là, deux blogueuses DIY qui nous donne leur approche et leur vision du "fait maison". [...]

  • Répondre octobre 17, 2013

    Carotralala

    Sincèrement cet article est une très bonne idée pour remettre un peu les choses au clair car c’est toujours le même soucis avec les médias ils s’approprient et détournent souvent les choses :/
    Et le mot « crise » je le vois tellement partout qu’il me donne la nausée, j’ai cette affreuse sensation que c’est LE MOT qui explique tout et j’en ai franchement ras le bol, qu’on donne un peu d’optimisme aux français bon sang.
    Pour moi les loisirs créatifs c’est mon moyen d’invasion alors qu’ils ne viennent pas tout mélanger.
    Comme tu l’expliques si on le fait c’est par passion ,par envie et non pas parce que c’est plus rentable.
    Voilà aussi pourquoi il y a tant de difficultés à se faire connaitre comme créatrices c’est unique mais forcément plus cher que la grande distribution…
    Bref on vit dans un sacré monde… mais moi je suis bien dans mon cocoon avec mes créas, mes coups de coeur que je partage… et puis c’est devenu aussi mon métier la création et le partage.
    Mais pour finir ce qui me fait rager aussi avec cette tendance du DIY c’est ceux qui se servent des créateurs pour se faire de l’argent derrière leur dos… moi une mauvaise expérience ???? Mais point du tout ^^

  • Répondre novembre 4, 2013

    Afterdinner

    Ce que j’aime avec les blogs DIY c’est surtout qu’ils me donnent une base. Perso, je reprends souvent l’idée de base d’un DIY, et je l’arrange à ma sauce. Tout ça pour quoi? Pour le plaisir comme tu le dis si bien! C’est vrai que le DIY n’est pas si cheap que ça… quand on voit le prix des perles pour faire un collier par exemple, parfois ça fait flipper! Mais bon, quand on veut privilégier le plaisir, on met le prix quand même je crois. On s’en fout: c’est pour prendre du bon temps.
    Et puis perso, mon entourage m’a toujours dit qu’il y avait mes études mes études mes études. Perso, au travers du DIY, je me prouve aussi à moi-même que je ne suis pas qu’un cerveau (sans prétention aucune hein attention! ahah), mais que je peux aussi être un peu manuelle et pas complètement niaise de mes dix doigts. Et ça aussi c’est bon pour l’estime de soi.
    Voilou… merci pour cet article super bien documenté et qui apporte un vrai questionnement (et aussi des réponses).
    Des bisous!

  • Répondre novembre 15, 2013

    Nina

    C’est vrai que ça ne coûte pas forcément moins cher le DIY, j’en ai fait l’expérience plusieurs fois en voulant réaliser des accessoires en tricot. La laine en pelotes n’est pas moins chère que le produit fini, mais l’avantage c’est que l’on peut réaliser ce qu’on veut, ce qui est bien pratique quand on ne trouve pas LE bonnet parfait dans le commerce! Et quelle satisfaction d’arriver au bout d’un projet, de le penser de A à Z, et de le voir prendre forme sous nos doigts! C’est très gratifiant de se dire qu’on a mené à bout un projet, aussi minime soit-il, d’autant plus quand c’est un projet à soi que l’on a imaginé. Même si on ne le montre pas aux autres en clamant « c’est moi qui l’ai fait », ça fait du bien au moral un peu de réussite! En revanche, en matière de déco, il y a possibilité de faire des trucs géniaux à moindres frais!
    Mais ce qui me plaît dans le DIY, c’est aussi la création en elle-même. Depuis gamine, je bidouille, je bricole, fais mes bijoux, dessine, cuisine, etc. J’aurais le profil pour faire un métier créatif, et pourtant j’ai fait des études d’ingénieur. J’ai adoré ça, et j’adore mon boulot (bon, j’ai commencé il y a à peine plus de 6 mois alors c’est facile à dire mais bon…), mais j’ai besoin de ces moments d’évasion et de créativité. pour l’instant, ça reste un loisir, je n’ai pas la prétention de me lancer dans un business créatif car je n’ai pas assez de talent pour ça, en tout cas je n’ai pas assez développé mes capacités et ce que je fais manque de cohérence. Mais c’est plus fort que moi, mon cerveau imagine toujours plein de trucs, et j’adore voir et faire les DIY qu’imaginent les autres, même si je mène très peu de projets à bout au final. J’ai un tableau de DIY sur Pinterest, j’adore y épingler du contenu mais je n’ai pas encore fait le moindre tuto. Je me dis toujours que ça viendra, il faut que je trouve mon rythme!

  • […] lu récemment 2 articles ici et là, deux blogueuses DIY qui nous donne leur approche et leur vision du « fait […]

  • Répondre février 2, 2016

    Marie

    C’est au détour de Pinterest que je tombe sur ton article paru en …2013…Superbe article ! et bonne analyse que je rejoins tout à fait en ajoutant qu’en plus avec tous ces blogs, le DIY peut se partager et le partage d’expériences aussi diverses que variées est génial ! Merci

Laisser un commentaire